Branle-bas de combat !

    Après un week-end de quatre jours chez les grands-parents, il me fallait évoquer dans ce blog un sujet particulier : les sorties avec bébé. C’est un détail pour ceux qui n’ont pas d’enfants mais une guerre du quotidien pour les parents. Je ne parlerai pas ici de l’attitude des enfants à l’extérieur, qui peut se régler à grands coups de « Chut », « Tiens-toi tranquille ! » ou encore de  » Mais tu vas la fermer ta gueule ! » pour les plus virulents. Je vais aborder LE point essentiel à toutes sorties courtes ou longues : la préparation. Oui oui rigolez si vous le pouvez encore…

AC/DC – Highway to Hell

    Cool ! On va sortir un peu du quotidien, prendre l’air de la campagne et surtout calmer les grands-parents qui se plaignent de pas assez voir leur héritière.

Durée : 4 jours.

Lieu : campagne, 90 km.

Risques potentiels : refus de sieste, refus de manger suite au grignotage perpétuel, crise du soir suite au grand amusement de la journée.

Informations complémentaires :

  • Grands-parents kidnappeurs d’enfants,
  • Chien lèche-bébé,
  • Nièces formées au babysitting – vacances -.

    S’il y a bien une chose que j’ai appris au fil de nos sorties c’est qu’il faut commencer à préparer les affaires la veille. Logique, me direz-vous, mais quand votre môme vous a fait passer une journée de merde en criant tout l’après-midi et après avoir fait de votre soirée un enfer en refusant de manger, en jetant son assiette par dessus sa chaise-haute et en chouinant sans discontinuer car elle veut un truc mais elle ne sait pas quoi… Ben vous n’avez pas tellement envie de passer deux plombes à réfléchir à ce qu’il faut préparer pour le lendemain. Et bien SI ! Il le faut vraiment. Pas de RTT possible dans ce boulot sous-payé – pas payé du tout – , il faut se bouger !

Airbourne – Too much, too young, too fast

    Au début on prend les choses sérieusement, on essaie d’établir une liste… Non en fait au tout début on fait pas de liste, on fait tout à l’arrache comme avant la naissance du bébé – après tout on est trop forts ! – mais entre le bain, l’habillage et la préparation des affaires on est vite à la bourre, habitude à prendre quand on a un enfant d’ailleurs. Vient donc la phase du listing pour être sûr de ne rien oublier. Je ne sais pas si c’est pareil pour vous, mais moi, les listes me gonflent assez rapidemment. On passe autant de temps à se demander ce qu’il faut prendre et à noter qu’à se demander ce qu’on a oublié sur le moment. Après on se dit que c’est beaucoup plus pratique de commencer à préparer les affaires la veille du départ, comme ça on a toute la nuit pour se rendre compte de ce qu’on a éventuellement zappé.

    Sortons les sacs et les valises, c’est parti. Toujours commencer par les repas, au moins, même si elle se retrouve à poil, elle aura à manger – la bouffe c’est sacré -. Alors 4 jours, 3 biberons de chocolat le matin, 4 repas du midi, 4 goûters, 3 repas du soir. La base… Puis il faut décortiquer – et j’ai horreur des maths – : Combien de doses de lait ? De doses de chocolat en poudre ? Ça c’est le plus facile. Certains diraient de prendre directement tout le pot de lait en poudre et la boîte de chocolat mais nous n’avons qu’une modeste Polo avec un coffre de modeste Polo donc il faut faire des calculs scientifiques :

papa-backstage-maths

Voilà je sais maintenant ce qu’il faut :

    7 compotes + 4 compotes en gourdes, 8 crèmes au lait, 3 soupes, les biscuits pour le goûter. Devenir papa m’aura fait comprendre que les maths pouvaient servir à quelque chose… Puis il y a une nouvelle phrase qui vient s’insinuer dans votre esprit en même temps que la naissance de votre enfant ou après diverses expériences : « Au cas où… ». Donc au cas où, une compote de plus…non deux…bon allez je prends le pack… Et tout cela sans compter évidemment les assiettes/couverts/bavoirs et sans doute autre chose que j’ai oublié – oh ça va ! Déjà que je viens de calculer tous les repas… -.

    Ensuite viennent les fringues…

Eluveitie – Primordial Breath

    Le fameux « Au cas où » refait surface car très franchement c’est la merde. Déjà il faut la base, les bodys – essentiels -, quatre jours, quatre bodys – oui là je fais style je change de body tous les jours pour les puristes – mais : débordement de couche + vomi + tellement drôle de se foutre du sable partout = des bodys en plus et vu que je viens déjà de résoudre une équation de fou, je prends toute la pile.

    La météo et sa fiabilité : il va faire chaud, froid, du vent, de la pluie, chaud mais pas de soleil, froid mais soleil ? Bref maintenant je ne me prends plus la tête, je vide sa commode dans la valise tant que ça rentre. Donc oui parfois on se retrouve avec 9 paires de chaussettes, 6 pantalons, 9 jupes, 5 robes, pas de collants bien évidemment et 4 pyjamas. Sachant que je suis le seul homme de la maison, je prends toutes ses paires de chaussures en me disant qu’il doit bien y en avoir une qui va s’accorder avec une tenue… Bon je m’arrête là pour le soir, je terminerai le lendemain… Quelle bonne idée.

    Le matin c’est le marathon et tout est en place pour vous faire passer une matinée bien pourrie. Levé tardif – le seul jour où il faudrait pas -, biberon renversé, bain catastrophique où on passe plus de temps à éponger qu’à laver la gamine, douche à l’eau froide – passer après les deux femmes de la maison a des conséquences -…  Et il faut s’occuper de préparer le reste des affaires de la veille. Quand soudain, on s’aperçoit que ça fait bien 5 minutes qu’on a pas entendu de cris, de pleurs et pas le moindre bruit. Vous la sentez venir vous aussi la scène de carnage ?

DSCN3002

Slayer – Raining Blood

    Bon pas grave, vu que j’ai que ça à faire, je vais ranger…pendant que ma fille vide la valise que je venais de remplir sans la fermer. Pourquoi je l’ai pas fermée cette p***** – putain – de valise nom des dieux ?

   Ça y est, normalement on a tout, je vais pouvoir commencer les voyages jusqu’à la voiture… Sachez que nous sommes une famille hachement prévoyante, en effet, dans notre voiture, on trouve à manger, à boire – bière évidemment ! « Au cas où » – , des couches de secours, du coton de secours, du PQ – on ne sait jamais -, on a même une paire de chaussures de soirée – wtf ? -. Et tout ça prend beaucoup de place dans le coffre. Alors quand on a un enfant il faut faire preuve d’ingéniosité et ma femme et moi sommes assez calés avec nos diplômes respectifs en Tétrisologie et Légomancie. En tout nous avons : un sac pour la bouffe et les couverts, une valise pour les fringues, un sac pour les couches/coton/nécessaire de toilette, le sac à langer, deux énormes sacs de jouets et enfin la poussette canne. Alors je sais pas si vous arrivez à visualiser le coffre d’une Polo – une vieille hein, pas une récente ! Un peu de challenge merde ! – mais c’est assez sportif…et si un jour on a un deuxième gamin, ça va être encore plus fun.

    Allez, je ferme la porte, démarre la voiture, on avance vers le portail.

Merde la sucette elle est où ?

    Bon, hall/escalier/porte/à la recherche de la susu perdue et rebelote. Cette fois c’est bon, le bus ethiopien est fin prêt ! Vous connaissez cette bonne sensation, on se cale bien confortablement dans le siège, on se prépare au trajet, on sort les bonbons de route – bah quoi ? -, on règle la musique etc. Bah chez nous, ça n’existe pas ! Déjà, on part à la bourre, donc en speed. Ensuite on se débrouille à chaque fois pour devoir s’arrêter faire le plein de la bagnole – chose que je déteste -. Et après environ 30 kilomètres :

Chérie on part bien quatre jours ?

Oui pourquoi ?

On a pas un peu oublié nos fringues à nous ?

Et merde…

In Flames – Ordinary Story

Bon, c’est décidé, la prochaine fois on s’organisera un peu mieux !

Cet article a 1 commentaire

  1. bon on a qu’a dire que les voyages c’est surfait hein…. j’ai plus envie ><

Laisser un commentaire

Fermer le menu